SIÉGE

SIÉGE
. s. m.
Meuble fait pour s'asseoir. Un siége pliant. Donnez un siége. Donnez des siéges. Apportez, avancez un siége. Prenez un siége.   Siéges de paille, de jonc, de cannes, de tapisserie, etc., Siéges dont le fond est garni de paille, de jonc, de cannes, de tapisserie, etc. Il y a aussi des siéges qui ne sont que de bois.  Siéges de pierre, de marbre, de gazon, Bancs de pierre ou de marbre, petites élévations de gazon qu'on pratique quelquefois dans des jardins. On dit dans un sens analogue, Siége rustique.   Le siége d'un cocher, L'espèce de coussin sur lequel le cocher est assis pour conduire les chevaux et mener la voiture. La housse qui couvre le siége du cocher. Le cocher était sur son siége.   Le siége d'une selle, La partie de la selle sur laquelle le cavalier est assis.

SIÉGE, signifie aussi, La place où le juge s'assied pour rendre la justice. Le juge étant dans son siége, sur son siége.   Il s'est dit également Du lieu où l'on rendait la justice, dans les juridictions subalternes. Allez au siége. Vous le trouverez au siége.   Il s'est dit de même, par extension, Du corps et de la juridiction des juges subalternes. Ce siége était composé de tant d'officiers. C'était l'usage de tel siége. Le ressort de ce siége était de telle étendue. Siége royal. Siége présidial. Le siége de la maréchaussée, de la sénéchaussée, etc.

SIÉGE, signifie encore, Un évêché et sa juridiction. Siége patriarcal, Siége primatial. Siége épiscopal. Siége pontifical. En ce sens, on dit absolument : Cet évêque a tenu le siége tant d'années. Pendant la vacance du siége.   Le saint-siége, le siége apostolique, Le siége de Rome. Pendant la vacance du saint-siége, du siége apostolique. Décisions du saint-siége.

SIÉGE, se dit aussi de La ville capitale de certains empires. Rome était le siége de l'empire romain. Constantinople est le siége de l'empire ottoman.   Le saint-siége fut transféré à Avignon ; le siége de l'empire a été quelque temps à Ravenne, Le pape alla résider à Avignon avec toute la cour romaine ; l'empereur Honorius demeura quelque temps à Ravenne.  Le siége d'un tribunal, d'une cour, La ville où réside, où siége un tribunal, une cour de justice. On dit de même, Le siége du gouvernement.

SIÉGE, se dit aussi, figurément, Du lieu où certaines choses résident principalement, où elles dominent. Athènes était le siége des sciences et des beaux-arts. Rome était le siége de l'idolâtrie. Le cerveau est le siége de la pensée. Le siége du mal est dans telle partie.

SIÉGE, signifie quelquefois, Le fondement, ce que les médecins appellent L'anus. Il a vieilli, excepté dans cette phrase, Mettre des sangsues au siége, et dans cette locution, Bain de siége.

SIÉGE, se dit en outre de L'établissement et des opérations d'une armée devant une place, pour l'attaquer, la prendre. Mettre le siége devant une place. Grand siége. Long siége. Siége dans les formes. Faire un siége. Presser, pousser le siége. Lever le siége. Traîner un siége en longueur. Le siége dura tant de jours, tant de mois. La ville de Troie soutint un siége de dix ans.

Fig. et fam., Lever le siége, S'en aller, se retirer d'une compagnie État de siége, L'état où se trouve une place de guerre, lorsque, par suite de son investissement, l'autorité supérieure est remise au chef militaire, qui peut, en ce cas, faire telles réquisitions et prendre telles mesures qu'il juge convenables pour la défense de la place. L'état de siége est une exception aux lois ordinaires. En temps de paix, on met quelquefois, par mesure de haute police, une ville, même une province, en état de siége, pour punir la révolte, pour réprimer l'esprit de sédition, c'est-à-dire qu'on y suspend l'action des lois, et qu'on la met sous le régime militaire.

L'Academie francaise. 1835.


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»